Faire vivre nos valeurs plutôt que chercher le bonheur à tout prix

Une newsletter intéressante sur l’obsession du bonheur m’a amené à proposer une vision novatrice issue des psychothérapies les plus récentes

Avec cette profusion d’articles sur le bonheur, de livres de développement personnel, et de nouvelles méthodes sensées nous débarrasser de toutes nos émotions désagréables, nous pourrions nous trouver un peu perdu et culpabiliser de ne pas nous sentir toujours parfaitement heureux, ou de nous trouver parfois dans un état neutre, passable voire franchement triste ou anxieux.

Cette tendance actuelle pourrait même avoir un effet contreproductif en nous faisant nous sentir d’autant plus inquiet et mal de ne pas nous sentir toujours parfaitement heureux. Pourtant les psychothérapies qui se développent actuellement n’ont plus exactement les mêmes objectifs.

La recherche clinique en psychothérapie et en psychologie produit un nombre croissant de données qui tendent vers une vision bien plus nuancée du bien-être psychologique. En effet les dernières formes de psychothérapies, comme l’ACT (thérapie d’acceptation et d’engagement), ou les thérapies basées sur la méditation de pleine conscience (mindfulness), privilégient de plus en plus la capacité à réaliser des projets qui correspondent à nos valeurs, et ceci tout en intégrant l’idée que ces réalisations quotidiennes ne peuvent pas se faire sans émotions négatives.

Voir le dossier complet sur ce sujet

Joffrey ROMON – Psychologue – Toulouse
Copyright décembre 2017

Addictions sans substance, l’exemple de l’achat compulsif

Faire face aux effets de nos sociétés consuméristes

 

Cette addiction comportementale peut être traitée en adaptant, avec des ajustements, les méthodes de psychothérapies qui ont fait leur preuve dans le cadre des addictions « classiques », car il est établi qu’elle répond aux mêmes logiques émotionnelles. Elles se mettent en place sous forme de cercles vicieux faisant intervenir les mêmes tentatives d’évitement à court terme d’émotions négatives, et aboutissent aux mêmes conséquences sur l’entourage familial, et aux mêmes conséquences financières.

Michel Cymes est intervenu hier matin sur RTL
sur le thème des achats compulsifs

Lien vers la page RTL

Note : l’intervention de Michel Cymes est précédée par 30 sec de publicité.

Les psychothérapies auront alors plusieurs étapes, d’un travail sur la prise de conscience du problème elles chemineront vers des décisions prises par le patient pour limiter les achats, en passant par un travail sur la motivation. 

L’aspect motivationnel est central dans les thérapies destinées aux personnes qui souffrent d’addiction et peut être renforcée par des techniques issues de l’entretien motivationnel. Il s’agira aussi d’aider le patient à trouver par quelles activités plus saines psychologiquement il pourra remplacer ces activités addictives. Cette démarche nécessite un accompagnement personnalisé.

Voir mon dossier complet sur ce sujet

Joffrey Romon – Psychologue – Toulouse
Copyright décembre 2017

Situation de la psychologie en France.

En France, le paysage du soin psychologique a longtemps été dominé par la discipline psychanalytique mais depuis une vingtaine d’années d’autres approches thérapeutiques ont émergé.

De nouvelles méthodes sont désormais disponibles, cette évolution a permis de donner plus de choix aux patients à la recherche d’une thérapie adaptée à leurs attentes.

À ce titre, se sont développées les thérapies comportementales et cognitives. Elles ont pour objectifs des changements graduels chez les patients et se caractérisent par l’utilisation de méthodes d’apprentissage qui impliquent des efforts progressifs et ciblés. Ceux-ci sont planifiés en collaboration avec les patients en respectant leur rythme et leur motivation.

Les thérapies comportementales et cognitives s’enrichissent régulièrement de nouvelles méthodes telles que la méditation de pleine conscience («mindfulness») qui permet aux patients de travailler plus en profondeur l’aspect émotionnel.

Joffrey Romon – Psychologue – Toulouse