Addictions sans substance, l’exemple de l’achat compulsif

Faire face aux effets de nos sociétés consuméristes

 

Cette addiction comportementale peut être traitée en adaptant, avec des ajustements, les méthodes de psychothérapies qui ont fait leur preuve dans le cadre des addictions « classiques », car il est établi qu’elle répond aux mêmes logiques émotionnelles. Elles se mettent en place sous forme de cercles vicieux faisant intervenir les mêmes tentatives d’évitement à court terme d’émotions négatives, et aboutissent aux mêmes conséquences sur l’entourage familial, et aux mêmes conséquences financières.

Michel Cymes est intervenu hier matin sur RTL
sur le thème des achats compulsifs

Lien vers la page RTL

Note : l’intervention de Michel Cymes est précédée par 30 sec de publicité.

Les psychothérapies auront alors plusieurs étapes, d’un travail sur la prise de conscience du problème elles chemineront vers des décisions prises par le patient pour limiter les achats, en passant par un travail sur la motivation. 

L’aspect motivationnel est central dans les thérapies destinées aux personnes qui souffrent d’addiction et peut être renforcée par des techniques issues de l’entretien motivationnel. Il s’agira aussi d’aider le patient à trouver par quelles activités plus saines psychologiquement il pourra remplacer ces activités addictives. Cette démarche nécessite un accompagnement personnalisé.

Voir mon dossier complet sur ce sujet

Joffrey Romon – Psychologue – Toulouse
Copyright décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *